Tatouages de Pèlerins

La foi dans la peau

Terre sainte, Jérusalem est un lieu de pèlerinage important. Jésus Christ a vécu et est mort dans la vieille ville. Au moyen âge, les chrétiens accomplissent ce long voyage uniquement sur autorisation de l’évêque. Aboutissement d’une quête intérieure, ils prennent l’habitude de se faire tatouer un signe religieux sur le bras. Le tatouage chrétien remonte à plus de mille ans. Plus qu’un simple souvenir, la souffrance du tatouage symbolise aussi celle du Christ sur la croix. Retour sur une tradition millénaire.

Crédits – Texte : Alexandra Bay – Docs et photos : Mikael de Poissy / D.R

Le pèlerin Heinrich Wilhelm Ludolf se fait dresser le portrait, bras nu et tatouage en évidence. Il sʼagit de la crucifixion avec la date de son passage à Jérusalem en 1699.

Une pratique millénaire

Depuis plus de 1000 ans, les chrétiens se font tatouer lors de leur pèlerinage en Terre sainte, à Jérusalem. Au moyen âge, il n’est pas simple de partir pour cette quête spirituelle. En effet, le chrétien doit obtenir l’approbation de ses proches et surtout de l’évêque. L’église mène une enquête sur les mœurs et la vie de l’aspirant pèlerin. Puis, elle examine sa demande. Si l’évêque lui donne son autorisation, il lui remet le bourdon (bâton) et la panetière (besace) à l’issue de la messe. Il lui accorde aussi sa bénédiction. Ainsi, il recommande le voyageur pèlerin aux monastères, aux prêtres et aux fidèles. Ces derniers l’accueilleront le temps d’une nuit ou pour manger. Les chevaliers de l’ordre ont même pour obligation de le protéger s’il se retrouve en difficulté.

Au début du moyen âge, le pèlerinage représente un voyage religieux initiatique très important. Aussi, les pèlerins et les chevaliers de l’ordre des Templiers ou du Saint-Sépulcre souhaitent se marquer sur la peau un souvenir de cette étape. On dit que les chevaliers de l’ordre des Templiers se font tatouer une croix sur le torse. S’ils meurent au combat, c’est l’assurance de bénéficier d’une sépulture religieuse.

D’après Aleteia.org, les premiers chrétiens tatoués sont nés en terre sainte au VIe siècle. À cette époque, le Procope de Gaza, maître de rhétorique, observe de nombreux chrétiens tatoués sur le poignet ou sur le bras du signe de la croix ou du nom du Christ. Le tatouage chrétien affirme l’identité religieuse.

Évêque bénissant des bâtons et des bourses de pélerin ; initiale ornée enluminure. Bibliothèque de Lyon.

Vous devez vous connecter pour voir le contenu.SVP . Pas encore abonné ? Vous abonner

Share your thoughts

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Ce contenu est protégé.