Rób Borbás, boss du Rooklet Ink

**

À tout juste 30 ans, Rób Borbás encre un blackwork dans un esprit gravure. Entre occultisme et macabre, le hongrois tatoue de grosses pièces en noir et gris, avec de subtiles touches de rouge. Ses tatouages hypnotisent, car ils recèlent de petits détails telle une gravure du 15e siècle. On pense forcément au travail d’Albrecht Dürer que le tatoueur admire. On vous présente le travail fin et ouvragé de Rób Borbás, boss du Rooklet Ink, à Budapest. (Interview parue dans tatouage magazine 129)

Bonjour Rob, Peux-tu te présenter aux lecteurs ?

Rób Borbás : Bonjour, j’ai 30 ans et je vis à Budapest. Je viens du nord de la Hongrie, d’un petit village dont je suis toujours amoureux. J’y ai passé une enfance merveilleuse. Je travaille comme illustrateur depuis presque 10 ans. De temps en temps, je fais encore des illustrations quand j’en ai le temps. Je suis tatoueur depuis 2012. J’ai encore beaucoup de choses à apprendre et encore plus à faire, rires.

Rób Borbás
Rób Borbás

Peux-tu me raconter ton parcours artistique ?

Rób Borbás : Eh bien, le voyage a été long. Enfant, j’ai dessiné dès que j’ai su tenir un crayon. Cependant, de la maternelle au lycée et bien après, je ne me suis jamais senti assez bon en dessin. C’est un ami qui m’a encouragé à candidater à l’Université des Arts contemporains de Budapest, connue sous le nom de MOME. Je voulais devenir designer d’animation. J’ai été accepté du premier coup et ça m’a choqué, car c’était une école prestigieuse. J’ai passé 3 années extraordinaires, mais j’avais la sensation que ce n’était pas ma voie, puis il y a eu la musique.

Comment es-tu devenu illustrateur spécialisé en musique ?

Rób Borbás : Au cours de ma dernière année à l’université, j’ai joué dans un groupe. Puis, j’ai évolué dans la scène métal underground. J’ai commencé à créer des pochettes d’album et des t-shirts. Le métal n’était pas du tout à la mode, il n’y avait donc pas beaucoup de designers spécialisés en Hongrie. À l’époque de MySpace, de nombreux groupes reconnaissaient mon travail et me commandaient des illustrations. Alors, je me suis inscrit sur Emptees.com et j’ai rencontré le directeur artistique de Bring Me The Horizon. J’ai percé grâce à As I Lay Dying. Je leur ai créé tellement de designs qu’ils m’ont recommandé à de nombreux de groupes. J’ai aussi eu la chance de créer le merchandising de la tournée spéciale « retrouvailles » d’I Killed The Prom Queen. Pendant 3 ans, j’ai travaillé pour des centaines de groupes ; certains de mes groupes favoris et certains pionniers comme Metallica, Kreator, etc. En 2011, j’ai réalisé ma première exposition. Ça a ouvert un chapitre surréaliste, mais le meilleur de ma vie, de ma carrière…

Rób Borbás
Rób Borbás

Que s’est-il donc passé en 2011 ?

Rób Borbás : Lors de mon exposition, Zsolt Sarkozi, grand-père du tatouage hongrois, m’a abordé. Après une bonne discussion sur l’art et la musique, il m’a demandé si je voulais rejoindre son équipe et tatouer. J’étais sous le choc, car faire partie de l’histoire de Dark Art Tattoo est un tel privilège. J’étais aussi heureux qu’effrayé. Il m’a donc fallu 8 mois pour me décider et prendre la machine. J’ai fait mon premier tatouage sur un ami. Il n’en avait pas à l’époque, alors c’était très stressant, haha. Après la première ligne, j’ai su que j’avais hâte de plonger dans ce métier !

Justement, comment as-tu découvert l’art du tatouage ?

Rób Borbás : Je n’étais pas un grand fan de tatouage. Je les aimais vraiment et j’achetais des magazines quand j’étais plus jeune, mais je n’ai jamais voulu être tatoueur. Je viens d’une famille conservatrice et chrétienne qui a étudié et presque grandi dans un gymnase catholique où ces pratiques étaient interdites : les tatouages, les modifications corporelles, etc. C’est probablement à cause de ça qu’elles m’attiraient. Cependant, avec toutes ces barrières, je n’ai jamais pensé devenir tatoueur un jour.

Rób Borbás
Rób Borbás

Quelles sont tes influences ?

Rób Borbás: La liste est sans fin, ha ha. Je suis un grand fan de musique ! Je collectionne les vinyles. Je suis toujours à la recherche de nouvelles et bonnes musiques. Plus le son est unique, plus j’adore le découvrir. Le nouvel album d’« Author and Punisher » tournait en boucle sur mes platines, dernièrement ! « The Armed » a aussi inspiré certains de mes derniers tatouages. Alors oui, un large éventail de musiques, c’est le top pour mon inspiration ! Encore une recommandation : « Portrayal of Guilt » ha ha… une révélation, personnellement ! J’essaie de suivre le travail de nombreux tatoueurs sur les réseaux sociaux. Ceux que j’admire sont Steve Moore, Greggletron ainsi que Gakkin. En ce moment, il me tatoue le bras et certainement plus de pièces sur le corps à venir ! En illustration, mon héros absolu est Aaron Horkey, ainsi que Brandon Holt. Ils ont ouvert la voie à l’illustration moderne tout en restant fidèles à leurs racines. J’ai aussi des influences évidentes tels que Goya, Gustave Doré et Albrecht Dürer. Je suis amoureux du travail de Jean-Luc Navette, un génie absolu de notre époque ! La liste est interminable et je pourrais l’écrire jusqu’au matin, mais ces créateurs sont mes principales influences, à l’heure actuelle.

Comment s’est déroulé ton apprentissage ?

Rób Borbás : Mon apprentissage n’a pas été classique. Si je dois être honnête, je le regrette un peu. Zsolt m’a fait vraiment confiance. Il m’a permis de travailler à temps plein, même après 2 mois de tatouage. Ma clientèle s’est développée très rapidement. Après 1 an de pratique, j’ai commencé à faire des guests à l’étranger. C’était rapide et fou, j’aurais aimé ralentir un peu. Après plusieurs années de travail, j’ai senti que je devais reprendre et établir de solides bases en tatouage, surtout dans la composition.

Rób Borbás
Rób Borbás

Peux-tu nous raconter l’aventure Rooklet Ink, ta boutique ?

Rób Borbás: Après 3 ans chez Dark Art Tattoo, avec ma fiancée Judit, nous avons décidé d’ouvrir notre propre boutique. Nous avons investi toutes nos économies sans savoir qui ferait partie de l’équipe. Nous avons ouvert Rooklet Ink, en août 2015. Mark Pinter, notre ami de longue date, nous a rejoints et a commencé son apprentissage au magasin. Puis, un mois plus tard, Tamas Kiraly a rejoint l’équipe. La team est toujours le même, ce dont je suis très fier. L’année dernière, nous avons déménagé la boutique dans un environnement plus grand et professionnel. Attila Saska nous a rejoints et il a tant donné à la boutique en tant qu’ami et tatoueur !

Avec le recul, quel regard portes-tu sur ta carrière ?

Rób Borbás : J’ai trouvé un équilibre entre le travail et ma vie personnelle. Ce qui est souvent difficile. Je me sens vraiment chanceux. La semaine, avec Judith, nous nous concentrons sur le travail. Et nous réservons le week-end à notre vie personnelle. Nous essayons aussi de prendre une semaine de congé tous les 3 à 4 mois. C’est nécessaire pour toujours garder le bon objectif.

Rób Borbás
Rób Borbás

Est-ce que tu souhaites ajouter un dernier mot ?

Rób Borbás : J’aimerais ajouter une réflexion personnelle. Je ne suis ni un ancien, ni un pionnier, mais ce qui ne change pas au fil des ans, c’est « seul le dur travail est payant ». Les gens qui le font pour la gloire ou l’argent facile seront très rapidement déçus. Gardez cela à l’esprit avant de vous couvrir le visage avec des tatouages en tant qu’apprenti et de poster plus de selfies que de dessins ou de tatouages sur vos réseaux sociaux. 🙂
Avec amour, Robert

Instagram : @grindesign_tattoo

Facebook : @rookletink

Rooklet Ink

Váci utca 85. Felemelet 3. /4-es kapucsengo/doorbell 4./Budapest

Vous pourriez aussi aimer :
Sajin, un tatoueur hors-la-loi

Sajin est un tatoueur coréen de 39 ans. À Séoul, le boss d’Hybrid Ink risque l’emprisonnement lorsqu’il tatoue Lire plus...

Bård Tjelta, un tatoueur DIY

Bård Tjelta est résident au « Serpent Twin Tattoo Collective » à Oslo. L’homme de 38 ans a grandi dans Lire plus...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Ce contenu est protégé.
Praesent Phasellus massa dictum velit, elementum