L’histoire du tatouage en Espagne 2

En Espagne, le tatouage fait son apparition dans les textes médiévaux. C’est, au choix, un signe religieux, nobiliaire ou d’hérésie. Au 15e siècle, durant la conquête de la nouvelle Espagne, Bernal Del Castillo choisit le mot « taraceo » pour décrire les tatouages des natifs « mexicains ». Au début du 20e siècle, il devient une marque carcérale. Inspiré par A. Lacassagne, Rafael Salillas mène une étude sur le tatouage dans les prisons de la péninsule ibérique. Il publie « El tatuage ». En Espagne, le tatouage est alors réservé aux marins et aux militaires. En 1980, il prend des couleurs avec la movida madrileña. Après une longue période franquiste, le tatouage se transforme en liberté d’être « soi ». Durant la même année, Mao et Cathy ouvrent un atelier de tatouage dans leur maison d’Ibiza, à Santa Eulalia del Río. C’est la première boutique officielle connue en Espagne. Publié dans Tatouage Magazine 128 - Version numérique en vente sur https://www.tatouagemagazine.fr/ XVIe siècle, les prisonniers de Séville Au XVIe siècle, en Espagne, Cristóbal de Chaves s’intéresse au tatouage carcéral. Il est avocat à la cour de justice de Séville. Entre 1585 et 1597, il écrit un livre « Relacion de las cosas de la carcel de

Ce contenu est réservé aux membres du site. Si vous êtes enregistré, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
Really Simple CAPTCHA is not enabled
*Champ requis
Powered by WP-Members
error: Ce contenu est protégé.