Chargement

Tapez pour rechercher

Les histoires de l’Oncle Tatoo

Un livre sur le tatouage pour les enfants

Les histoires de l’Oncle Tatoo est un livre de Rascal et Peter Elliott. L’histoire est centrée sur le personnage de l’Oncle Tatoo. En effet, le biker tatoué accueille ses nièces La, Lala et Lalala pour une après-midi haute en couleur. Il leur raconte des histoires loufoques autour de ses tatouages. Voici une belle histoire qui véhicule l’idée que les tatouages ont du sens !

Fan de Philémon, les histoires de l’Oncle tatoo m’ont fait penser à l’univers loufoque de FRED. Aussi, j’ai eu envie d’interviewer Peter Elliott et Rascal pour en savoir plus sur ce livre. Ils m’ont raconté leur collaboration.

Les histoires de l'oncle Tatoo
Les histoires de l'oncle tatoo

Interview de Peter Elliott et Rascal

Alexandra Bay : Bonjour Rascal, bonjour Peter. Comment est née l’idée du livre “Les histoires de l’Oncle Tatoo” ?

Peter Elliott : L’envie de travailler à nouveau ensemble après déjà quelques belles collaborations. Cette histoire me permettait de mettre en œuvre une technique que j’aime bien: intégrer des dessins dans des photos.

Qui a eu l’idée d’axer le thème de ce livre autour du tatouage et pourquoi ?

Peter : C’est Rascal. Nous avions déjà traité ce thème au travers de Horace l’un des personnages de « Etoile » qui est tatoué de la tête aux pieds. « ETOILE » une BD que nous avions produite ensemble quelques années plus tôt.

Est-ce que vous vous connaissiez  déjà, ou était-ce votre première collaboration ?

Peter : Notre rencontre s’est faite au sein de notre maison d’édition PASTEL. Notre premier album ensemble, c’est ‘Poussin Noir’ en 1997.

Rascal, j’étais très étonnée de lire (sur ta bio) que tu as beaucoup fait l’école buissonnière. En effet, le livre est parfaitement écrit avec de très jolies histoires subtiles. Tu es donc un autodidacte ?

Rascal : C’est exact ! J’ai aimé l’école jusqu’à mes 12 ans. Tout m’intéressait alors. Apprendre à lire, écrire, calculer, l’histoire, les sciences, la géographie.  Ce savoir en poche, j’en savais assez pour me débrouiller dans la vie.  C’est ce que je pensais.  De plus, j’étais sans grandes ambitions.  Je me souviens avoir eu le désir d’être clochard. Dans le genre Charlot, Rimbaud !

Peter, tu es également un autodidacte dont l’école n’a pas réussi à développer le potentiel ! Tu dessines depuis toujours ?

Peter : C’est à peu près cela. Je m’ennuyais sur les bancs de l’école « traditionnelle » et les résultats n’étaient pas très concluants ! Tout s’est arrangé quand je me suis inscrit à l’Institut Saint-Luc, qui est une école d’art située à Bruxelles. J’ai enfin pu faire ce qui m’éclatait… et ce type d’étude, d’autre part, me laissait le temps de faire de la musique.

Peter, tu es musicien dans un groupe. Est-ce la raison pour laquelle on voit beaucoup de références musicales dans le livre ? Les posters de Led Zeppelin, le nom du chihuahua Sid, etc ?

Peter : en effet, je suis musicien. Je fais un lien très étroit entre la musique et le dessin, mais je ne suis pas le seul à aimer le rock’n’roll, Rascal aussi ! Sid (Vicious) c’est son idée. Pour le reste, comme l’OT vit « dans ma maison » puisque c’est chez moi que j’ai pris les photos nécessaires à la réalisation des images… les amplis, les guitares… tout était sur place.

Comment avez-vous choisi le graphisme des différents personnages ?

Rascal : Cela faisait un bail que nous avions envie de retravailler ensemble, Peter et moi.  À force de se le dire, j’ai un jour pris le temps de concrétiser notre désir. Je suis fasciné par les tatouages et si j’étais plus courageux, j’aurais, comme mon arrière-grand-père ou mon frère, les bras et le torse tatoués de roses, d’oiseaux, de sirènes, de prénoms, d’animaux sauvages et de « que sais-je encore ? ».

Avant qu’il n’envahisse les corps de toutes les couches de la société, le tatouage était essentiellement rebelle. Et comme je connais plus de rockers que de marins ou d’ex-taulards… La figure du vieux rocker s’est tout naturellement imposée. Voilà pour le point de départ d’Oncle Tatoo. Le reste est un mélange d’influences digérées. De Big Fish de Tim Burton en passant par le fabuleux Philémon de Fred.

Peter: J’essaie de me poser le moins de questions possible. Le texte me guide, mais pour le reste je laisse venir les choses naturellement. Je fais beaucoup de croquis… à un moment, le personnage tel qu’on peut le voir dans l’album apparaît. En général, je le sens tout de suite. C’est lui et personne d’autre !

J’aime la façon dont vous avez mélangé le dessin et la photo. Etait-ce important pour vous ? Est-ce une façon de mélanger imaginaire et réalité ?

Peter : Je prends plaisir à explorer de nouvelles techniques, à ne jamais faire 2 fois la même chose. Dans mon coin, j’avais déjà bricolé quelques montages du genre. Ici le texte et la forme du livre se prêtaient  bien à cette technique. J’ai sauté sur l’occasion. Ce qui m’amuse, c’est qu’une fois mélangées au dessin, ces photos issues du réel, basculent dans l’imaginaire, comme si le récit, le dessin et l’imaginaire prenaient naturellement le dessus sur la réalité.

Rascal, j’ai vu que tu remerciais « le cerveau de ton fils » pour sa participation aux histoires.  Avez-vous testé celles-ci sur vos enfants ?

Je n’ai jamais testé mes histoires à mes enfants lorsqu’ils étaient mômes. Uniquement ma cuisine ! Pour ce qui est du singulier remerciement, voici le pourquoi du comment : Après avoir jeté les bases et écrit prologue et première histoire, j’ai eu envie de travailler avec mon fils Lucas.  Nous avions rendez-vous dans un café. J’avais dans ma poche un Larousse de poche.

Au hasard des pages, nous prenions un mot. Des réflexions s’ensuivaient tout autour de bouteille, caméléon, arrosoir ou moulin vent.  Nos idées allaient de l’un à l’autre, comme une balle du tournoi du Grand Chelem. Et les histoires naissaient aussi vite qu’une partie de billard. Non que je sois à court d’idées, mais l’envie de passer du temps avec mon fils, et de confronter son jeune cerveau fantasque au mien me charmait. Après, il m’a fallu seul, ordonner, trier, organiser nos idées communes en histoires et les raccrocher à celles déjà existantes.

Etes-vous tatoués? D’ailleurs, RASCAL tu me disais que ton arrière-grand-père était tatoué de la tête aux pieds.

Rascal : (Ok pour l’expression, mais selon ma mère, son visage était vierge) C’est ce qu’il se raconte dans la famille. Il s’était fabriqué une petite roulotte tirée par un grand chien et mangeait quelquefois du hérisson. Voilà le mythe ! Mon frère Stéphane est tatoué, ainsi que l’un de mes fils. Ils ont hérité de cette passion qui avait sauté deux générations. Je ne le suis pas. Non par manque de goût, mais plutôt par crainte des aiguilles et du sang.

Peter : Oui, je porte une spirale tatouée sur l’épaule gauche. Ce symbole (si simple pourtant, il ne s’agit que d’une simple ligne) me parle beaucoup. Il a à mes yeux beaucoup de sens.

Que pensez-vous de la place du tatouage dans la société actuelle ?

Rascal : Je n’ai pas d’opinion. Chacun fait ce qu’il veut de sa peau. Pense aussi qu’il y a un effet de mode. Lorsque je rencontre un ado à la piscine avec tatoué sur son dos un long et large NI DIEU NI MAITRE. Je préfère le penser.

Peter : Il s’agit pour moi d’une démarche personnelle… je me suis toujours foutu de savoir ce que l’on pouvait en penser. Ce qui compte pour moi, vu le caractère définitif de la chose, c’est que le tatoué puisse assumer pour toujours le sens que prend ce dessin inscrit sur son corps (ou aucun sens, pourquoi pas, mais il faut pouvoir vivre avec sans regret). En bref, il faut que le tatoué se sente bien dans sa peau. Pour moi, le regard de la société est secondaire dans cette démarche.

Comment est perçu le livre en général ?

Rascal: En littérature jeunesse, il y a très peu de retour de lecteurs. Ce n’est pas spécifique à ce livre.
Peter : Faire un livre c’est jeter une bouteille à la mer… ce qui se passe après, c’est l’affaire des lecteurs et du public. Ceci dit, certains m’en ont dit beaucoup de bien (les autres se taisent en général ????

Sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

Rascal : Le projet de passer un beau mois d’août à Barcelone. À ne rien faire et profiter de tout.
Peter : Je suis plutôt musicien pour le moment. Je prépare l’enregistrement d’un 4ème album avec les gars de mon groupe. Ce qui ne m’empêche pas de dessiner quand même et d’avoir des projets graphiques, dont il est un peu tôt de parler pour le moment. Je signalerai juste que sort en septembre « Mon Amour Trop Loin » mon dernier album réalisé seul (texte et images).

Pour acheter le livre : www.chantelivre.com

  • Editeur : L’Ecole des Loisirs (24 mars 2011)
  • Collection : Pastel
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2211202969
  • ISBN-13: 978-2211202961
Les histoires de l'oncle Tatoo
Tags:
AlexandraBay

Passionnée de tatouage depuis 20 ans +++ Auteure du livre LOVE, TATTOOS & FAMILY, (ISBN : 2916753214) +++ Co-Fondatrice de FREE HANDS FANZINE +++ TATTOW STORIES +++

  • 1

1 Comment

Laisse un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Ce contenu est protégé.