Chargement

Tapez pour rechercher

Histoire du dermographe

Les bells tattoo machines

Apparemment, Elmer Getchell a inventé une machine différente de celle de Samuel O’Reilly. Cependant, il n’existe pas de plans de ses machines. En effet, il n’a jamais déposé de brevet. En 1926, dans le journal du Winston-Salem, Lew Alberts évoque une machine avec un vibrateur.

Ainsi, Buzzworthy tattoo émet l’hypothèse qu’il s’agissait d’un moteur électromagnétique vibrant. Cependant, Alberts n’a pas suffisamment détaillé le mécanisme pour identifier un dispositif électromagnétique en particulier. En 1902, sur une photo du New York Tribune, Getchell tatoue avec une machine au cadre en forme de L et deux bobines électromagnétiques, face à face et alignées avec le cadre.

Histoire du dermographe : Elmer Getchell

Elmer Getchell

Mécanisme de cloches

Les machines de tatouage modernes sont basées sur le mécanisme des cloches, actionnées par deux bobines électromagnétiques. Elles enclenchent ainsi un mouvement vibratoire de l’armature et alternatif de l’aiguille. Le mécanisme vibrant des cloches est particulièrement puissant.

En effet, il est normalement utilisé pour les alarmes, les sonnettes, au début du 19e siècle. Qui que soit l’inventeur ingénieux de ce nouveau dermographe, la cloche signe un tournant définitif pour le dermographe électrique.

Histoire du dermographe, l’ère de la cloche

Il n’existe pas d’inventeur officiel du 1er dermographe basé sur le mécanisme des cloches. Apparemment, la machine a soudainement émergé et s’est vite popularisée. Coïncidence, c’est aussi l’apparition des catalogues de vente par correspondance en cette fin du 19e siècle.

On y trouve des assortiments de cloches électriques (alarmes, sonnettes, etc.), de piles et de câblages. Avec une telle facilité d’accès au matériel, les artistes mécaniciens deviennent particulièrement créatifs. Cependant, Alfred C. South est le 1er tatoueur à valider son brevet le 24 mars 1900. Cet Anglais dépose un plan de dermographe basée sur un mécanisme de sonnette.

Histoire du dermographe : Brevet d'Alfred South

Brevet d’Alfred South

Bells tattoo machine, une innovation majeure

Cette invention est une innovation majeure pour le dermographe électrique. En effet, il est facile de démonter les bobines de cloche. On peut les transformer rapidement en machine à tatouer. Il suffit d’ajouter une barre à aiguille, un tube et un support de tube.

Avec une grande variété de cloches et de parties amovibles de la machine, les artistes peuvent expérimenter de nombreuses combinaisons. Ils améliorent sans cesse la mécanique de leur invention. Et c’est une mécanique très fiable. C’est le début de la machine électrique moderne.

Une mécanique basique mais fiable

En général la « bells tattoo machine » était composée, avec ou sans cadre, d’une armature allongée. Une pièce pivotante en acier supplémentaire pouvait dépasser de la partie supérieure et arrière de la machine.

L’armature ou la pièce pivotante était stabilisée par deux vis situées à un point de pivotement. Puis un ressort de rappel était fixé à l’extrémité arrière et ancré au boulon situé au-dessous. Parfois, un élastique était utilisé à la place du ressort de retour.

Histoire du dermographe : bells tattoo machine

L’ancêtre du dermographe moderne : mécanisme de cloches

Standardisation de la machine électrique

Au début du 19e siècle, la fabrication des machines électriques est très minutieuse et se fait à petite échelle. Avec l’avènement de la machine cloche, c’est la standardisation du dermographe. Les artistes peuvent se fournir facilement en matériels auprès des catalogues par correspondance : cloches, câbles, etc. La conception de cette machine est simplifiée.

Elle possède aussi un grand potentiel de modification. La liberté de construire et de combiner les pièces est vaste. De plus, sa mécanique est facilement ajustable. Cela a permis aux artistes tatoueurs de créer des modèles personnalisés et de les commercialiser à plus grande échelle.

Entre 1901 et 1905, une poignée d’artistes comme Samuel O’Reilly, Charlie Wagner, Lew Alberts, Franck Howard et Edwin E. Brown, commencent à faire de la publicité pour leurs créations et fournitures dans les magazines à échelle nationale, notamment le Billboard. Alors, c’est l’explosion des fournisseurs de tatouage.

Système de sonnerie

 

 

Je vous invite à lire les articles de Carmen Nyssen du site Buzzworthy tattoo. En effet, elle décrit les différentes inventions majeures du dermographe.  Et c’est particulièrement intéressant à lire : www.buzzworthytattoo.com

Histoire du dermographe 1/2

Article rédigé en mars 2017 – Merci de ne pas copier coller sans citer de sources. Ce travail de rédaction recoupe articles de presse, livres, blogs sérieux sur le sujet, de sites maritimes, etc… J’ai mis beaucoup de temps à traduire, à comprendre et à recouper les faits que j’aborde ci-dessous. Vous pouvez retrouver ces écrits sous la forme d’un fanzine Tattow Stories 

Tags:
AlexandraBay

Passionnée de tatouage depuis 20 ans +++ Auteure du livre LOVE, TATTOOS & FAMILY, (ISBN : 2916753214) +++ Co-Fondatrice de FREE HANDS FANZINE +++ TATTOW STORIES +++

  • 1

1 Comments

Laisse un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Ce contenu est protégé.