Chargement

Tapez pour rechercher

Djita Salomé, princesse orientale tatouée

Djita Salomé

Deux cartes postales de ma collection.

Djita Salomé, une série de cartes pour collectionneurs avertis

Djita Salomé est un personnage mystérieux qui a longtemps attisé ma curiosité. En effet, j’avais acquis une carte postale dans un magasin spécialisé tenu par un homme élégant et discret. Dans ses collections, il avait quelques artistes de cirque tatoués et des soldats français. Une magnifique affiche de Constentenus au skating de la rue blanche, était exposée sur l’un des murs. 

Quelque temps plus tard, quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai découvert cette carte de la princesse orientale exposée au musée du quai Branly. Elle trônait fièrement sur un pan de mur au sein de l’exposition tatoueurs, tatoués. Aussi, j’ai eu envie de mener ma petite enquête. 

Djita Salomé, la beauté bleue

J’ai découvert Djita Salomé lors de mes déambulations dans les rues parisiennes. Un magasin de vieilles cartes postales exposait des clichés sur les balbutiements de la photographie. Passionnée, j’ai décidé d’aller jeter un œil.

De belles armoires de rangement en bois ancien, des tables de consultation dans le même ton, une lumière chaleureuse et douce, un vendeur discret et fort aimable, c’était des conditions idéales pour fouiller dans les collections du lieu.

Les cartes étaient soigneusement rangées par tiroir non étiqueté. Aussi, j’ai demandé s’il avait des collections de tatoués. Il a récupéré une liasse dans un tiroir qu’il m’a remis sur la table d’examen. Ma curiosité attisée, j’ai commencé à scruter soigneusement le lot. Et c’est à ce moment que j’ai découvert les cartes de la belle princesse orientale tatouée, intitulé « Polychromo vivante ».

DDjita Salomé polychromo vivante

Mais qui est Djita ? Tant de mystère et de fausses pistes. Les artistes de cirque aimaient s’inventer une légende personnelle comme on l’a vu dans histoire du tatouage traditionnel. Une espionne allemande ? Oui, j’ai vu cette mention griffonnée au crayon à papier, au dos d’une carte.

On ne connaît ni sa date de naissance, ni celle de sa mort. Par contre, Djita tournait déjà en 1900, on peut déduire qu’elle avait déjà une bonne vingtaine d’années. Peut-être est-elle née en 1880 ? Djita Salomé affirmait être égyptienne. Sa légende raconte ainsi qu’elle a été tatouée de force. Les peaux-rouges du Dakota (US) ont encore sévi. Ses tatouages aux 14 tons différents ont même été réalisés avec des aiguilles en or !

Ainsi, elle est devenue la femme aux 100 000 000 piqûres, la polychromo vivante tatouée au procédé électrique, etc… Que d’histoires fantaisistes qui alimentent le fantasme de la beauté bleue orientale tatouée.

Une artiste appréciée en France

En réalité, l’artiste de cirque Djita Salomé est née en Allemagne. Il semble que ses tatouages aient coûté plus de 30 000 marks, soit plus de 15 000 euros actuels. Et ceux en couleurs coûtaient plus de 10 000 marks. Visiblement, l’artiste avait beaucoup de succès en France. Elle tournait régulièrement en Europe. C’est peut-être la raison pour laquelle, nous avons tant de cartes postales écrites en français.

Des tournées régulières en France et Europe

Sur le site allemand de cartes postales vintage postkarten, l’auteure Andreas-Andrew Bornemann a recensé ses nombreux passages en Europe.Par exemple, en 1900 et 1912, Djita était en tournée au Castan’s Panopticum et au « Berliner Passage-Panoptikum », situé rue Friedrichstrasse à Berlin.

Le Castan’s Panopticum était un cabinet de cires comme Mme Tussaud, tout aussi célèbre en Allemagne. Ce sont les frères Castan qui ouvrent le cabinet à Berlin en 1869. C’est le premier musée de cires de la ville. Cependant, un incendie le détruit en 1872. Aussi, les frères Castan déplacent la salle d’exposition dans la Kaisergalerie, située au Friedrichstrasse, à Berlin.

Djita Salomé princesse orientale tatouée : Castans Panoptikum

Castans Panoptikum

Djita Salomé donne également des représentations en 1909 à Kiel/Schleswig-Holstein. Il n’y a pas plus d’informations à ce sujet. Puis on la retrouve en 1912 en France. Elle exhibe ses tatouages au Luna Park Paris et dans les vogues de Lyon. J’imagine qu’elle a dû tourner dans de nombreux autres spectacles.

Luna Park Paris

Djita Salomé princesse orientale tatouée : luna park paris

Le Luna Park de Paris, est un parc d’attractions ouvert de 1909 à 1948. Il est situé près de la porte Chaillot. Le Luna Park est construit sur le même modèle que Coney Island. C’est un immense parc d’attractions qui laisse une grande place au burlesque.

Wikipédia raconte « Charles Sorlier a décrit avec malice deux divertissements qui avaient la particularité d’attirer les adolescents boutonneux et les amateurs de lingerie féminine. Le premier consistait à viser une cible avec une boule de bois qui, si elle parvenait à son but, faisait basculer d’un lit une fille en porte-jarretelles. Le second, aussi goûté, était le vaisseau spatial de l’attraction « Voyage dans la lune », sorte de « maison du rire » qui se terminait invariablement par un jet d’air comprimé relevant la jupe de demoiselles audacieuses. Cette attraction, mise en place lors de l’exposition Pan-américaine, a inspiré le nom de Luna Park, des parcs Magic City et de ceux qui ont suivi. »

Djita Salomé : affiche luna park paris 

Les vogues de Lyon

Visiblement, Andreas-Andrew Bornemann évoque aussi le Luna Park de Lyon. Cependant, Monsieur Morand crée le Luna Park de Lyon seulement en 1967. Avant cette date, on parle des vogues de Lyon. Aussi, peut-on se poser la question de la présence de Djita dans ces fêtes de quartier. Pourquoi pas ? On imagine alors Djita Salomé qui danse en parure orientale tandis qu’un forain raconte son histoire avec gouaille.

Impresario et popularité

En 1913, Djita Salomé est si populaire qu’elle engage un imprésario pour organiser ses tournées internationales. Il s’appelle F. Cornélio et vient d’Oldham, en Angleterre. Son bureau s’appelle « World’s Fair Limited ». Je n’ai pas réussi à trouver plus d’informations sur ce monsieur et ses activités.

Djita Salomé est l’une des rares artistes qui possédait son stand d’exposition dans les carnavals et les foires. Elle a tourné à Berlin, Paris, Londres, New-York et St Petersbourg.

Djita Salomé

Principale sourcepostkarten

Auteure : Andreas-Andrew Bornemann

L’auteure de l’article a des sources bibliographiques intéressantes que je vous conseille de consulter :

Das blaue Weib und andere Zirkusfrauen. Theoretische Aspekte von Tätowierungen unter besonderer Berücksichtigung von « Tätowierten Damen » in Zirkus und Schaubuden untersucht am Beispiel der Sammlung Walther Schönfeld | Igor Eberhard | Mitteilungen der Anthropologischen Gesellschaft in Wien (MAGW) | 2011

Körperbemalen, Brandmarken, Tätowieren | Walther Schönfeld | Alfred Hüthig Verlag | 1960

Die Tätowierung in den deutschen Hafenstädten. Ein Versuch zur Erfassung ihrer Formen und ihres Bildgutes | Adolf Spamer | Verlag: G. Winters Buchhandlung, Fr. Quelle Nachf. | 1934

The Tattooed Lady: A History | Amelia Klem Osterud | Taylor Pub Verlag | 2014

Tollkühne Frauen: Zirkuskünstlerinnen zwischen Hochseil und Raubtierkäfig | Brigitte Felderer Helma Bittermann | Knesebeck GmbH & Co. Verlag KG | 2014

Zeichen auf der Haut – Die Geschichte der Tätowierung in Europa| Stefan Oettermann | Syndikat Autoren- und Verlagsgesellschaft | 1979

Tags:
AlexandraBay

Passionnée de tatouage depuis 20 ans +++ Auteure du livre LOVE, TATTOOS & FAMILY, (ISBN : 2916753214) +++ Co-Fondatrice de FREE HANDS FANZINE +++ TATTOW STORIES +++

  • 1

3 Comments

  1. Hallo Alexandra,
    dein Artikel über « Djita Salomé » mit Bezug zu meiner Postkarten-Archiv.Seite gefällt mir sehr gut! Auch habe ich durch Dich erfahren, das der « Luna Park Lyon » erst 1967 eröffnet hat. Somit konnte ich meinen Eintrag zu « Djita Salomé » in Lyon/Frankreich berichtigen.

    Gruß aus Hannover, Deutschland

    Hello Alexandra,
    I really like your article about « Djita Salomé » related to my Postkarten-Archiv page! I also learned through you that the « Luna Park Lyon » opened in 1967. Thus, I was able to correct my entry to « Djita Salomé » in Lyon/France.

    Greetings from Hanover, Germany

    Répondre
    1. AlexandraBay 13 mai 2018

      Thank you Andreas-Andrew ! I like your page about djita, i learned a lot of things about her 🙂
      And, yes isn’t luna park but parties named ‘les vogues’ :-)) And thank you for your bilbiography !
      Alexandra

Laisse un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Ce contenu est protégé.